Inventaires floristiques

Etude réalisée par Alain Fontaine

Les bouts de champs et jachères

La flore des bouts de champs ou « haches » comme disent les agriculteurs de la région, sont des refuges pour les adventices les plus sensibles aux herbicides.

Ces petits bouts de terre, de quelques dizaines de mètres carrés,  sont en fait des coins à partir desquels la charrue démarre le nouveau sillon. Puis ce sont les outils de préparation du lit de semence et le semoir lui-même qui entament les semis. Ils sont trop étroits pour permettre au pulvérisateur d’épandre les pesticides bien que le vent parfois, en disperse quelques gouttes ce qui est bien suffisant pour réduire les espèces sensibles. Ces coins sont souvent pris sur les habitats naturels ou semi-naturels limitrophes. Dans les cas qui nous intéressent ce sont des pelouses sèches.

Les jachères suivies ici ont quelques dizaines années d’existence (peut être depuis 1990). Ces parcelles sont certainement les plus ingrates des parcelles cultivées. Les surfaces dégagées laissent voir les pierriers et les plantes y croissant actuellement font partie des espèces les moins exigeantes. De plus, les herbicides sont encore utilisés « pleine parcelle », contrairement aux « bouts de champs ».

Les bouts de champs ou haches 99 espèces enregistrées

Les jachères agricoles 57 espèces enregistrées

 

Lire la suite du chapitre pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

Miroir de Vénus © A. Fontaine

Miroir de Vénus © A. Fontaine

Passerine

Passerine © A. Fontaine